4 - Nov. 2014 Fabrice O – Mercedes 560SL – Paris

J’ai toujours aimé les belles automobiles et celle-ci fait tourner les têtes.

Son habitacle, cet égoïste plaisir réservé au conducteur et à son passager, paraissait toutefois à mes yeux, trop impersonnel, presque inachevé; seuls les sièges et volant étaient habillés de cuir.

La raison est simple; ce modèle, destiné à la Californie et à la Floride, où l’on roule décapoté toute l’année, subissait les assauts du soleil et les tableaux de bord avaient une fâcheuse tendance à se fissurer. Sans doute aussi, à cette époque, l’habillage intégral en cuir d’un habitacle relevait-il d’un luxe difficilement accessible.

J’ai contacté Paraphe. D’emblée, l’enthousiasme de l’équipe de selliers à réaliser mon projet m’a convaincu de faire de cet habitacle le mien, dans le plus pur respect du style de la voiture et de sa filiation.

Ainsi, chaque détail, de la triple surpiqure qui redessine la console centrale, aux courbes des aérateurs, aux passe poils des sièges ou aux effets de relief apportés aux contre portes, a été réalisé avec justesse et dans le soucis esthétique que je souhaitais. L’habitacle s’est transformé en un écrin de peau sur mesure, dans lequel je me glisse le matin.

Chaque détail me ravit. A ce plaisir des yeux, à cette odeur enivrante du cuir, s’ajoute le toucher inimitable, intimiste, du pommeau de vitesse, puis du volant, mais surtout de la planche de bord que je ne me lasse jamais de caresser avant de lancer le moteur.

Article publié par